Louange des mousses

Dépaysement garanti au pays du soleil levant en lisant le livre de Véronique Brindeau, Louange des mousses. Même si les digressions sont nombreuses avec des références connues d’initiés seuls, cet ouvrage est une véritable ode à la fraîcheur de la mousse. Véronique Brindeau nous offre un parcours initiatique riche et poétique à la découverte de la sensibilité del’esthétisme japonais.

Culture et nature

« Grande ombrelle », « petit cyprès », « mousse-cigare », autant de petits noms pour ces mousses qui datent de trois cents millions d’années et qui bénéficient d’une sémantique japonaise très riche. Bien sur, seuls les Japonais pouvaient ériger de simple mousses au statut de divinité. Imaginez le souffle du vent balayant les brumes matinales au pays du soleil levant laissant découvrir au promeneur un tapis de mousse velouté gorgée d’humidité. Bienvenus là où tout est calme et sobrité, vous êtes au temple Saihoji / Koke-Dara, à Kyoto, entièrement dévolu à ce que les Européens considèrent comme une mauvaise herbe.

A l’origine du zen

Dans la tradition japonaise, la mousse symbolise la quiétude et l’éternité. Depuis toujours les poètes nippons ont célébré les vertus de ce végétal simple qui se caractérise par son dépouillement extrême. Pour apprécier la mousse il faut porter une attention extrême aux détails. Les paysagistes l’utilisent pour son aspect esthétique et sa capacité à se régénérer.

Le duel de l’infiniment petit

Le bonsaï et la mousse se joue la perception du monde de l’infini petit presque philosophique. Au bonsaï la logique de réduction, à la mousse la logique d’expansion! Subtil non? La mousse s’invite partout, à la ville, à la campagne façonnant le paysage et habillant les moindres interstices des monuments, comme un architecte naturel.

Derniers conseils de l’auteur, pour admirer une étendue de mousse, accroupissez-vous et surtout, surtout ne sortez jamais sans votre vaporisateur d’eau pour l’hydrater car comme le souligne Véronique Brindeau : « pour qui s’éprend des mousses, le monde s’éclaire d’une nouvelle et minuscule fenêtre ».

Sayônara


 

 

LOUANGE DES MOUSSES
Auteur : Véronique BRINDEAU
Editeur : Philippe Picquier
2012, 88 pages

Recommandé à tous ceux qui aiment les jardins japonais

 

 

L’auteure

Véronique Brindeau enseigne l’histoire de la musique japonaise à l’Institut Nationale des langues et civilisations orientales. Elle est également coordinatrice éditoriale à la Cité de la musique. Spécialiste du Japon, elle a publié des traductions d’Ikezawa Natsuki et de Murakami Haruki. Elle a publié avec Frédéric Clément Le jeu des fleurs toujours aux éditions Picquier poche, un jeu de cartes très populaire au Japon.

Author: Sandrine

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest