Dernier refrain à Ispahan

Si je vous dis « Iran », vous pensez à quoi ? Fanatisme ? Tchador ? Nucléaire ? Tout faux !!! Après avoir le ce roman policier vous mettrez (presque) tous ces stéréotypes de côté. Car Dernier refrain à Ispahan de Naïri Nahapétian nous transporte dans l’Iran d’aujourd’hui, qui rime avec ambiguïté et modernité. L’enquête démarre alors que deux chanteuses iraniennes sont retrouvées assassinées à Ispahan (le paradis des roses) dans une société où chanter en public pour une femme est un sacrilège.

En élucidant ces crimes, l’auteure nous fait découvrir une jeunesse iranienne dorée, flirtant avec les paradis artificiels, la prostitution et le désœuvrement. Pas vraiment iranien non ?

Avec la musique en filigrane, nous parcourons Ispahan « la moitié du monde » selon un proverbe persan, théâtre de corruption, répression, violence. Si au final le serial killer est démasqué grâce à des investigations qui n’ont rien à envier aux méthodes policières occidentales, Naïri Nahapétian fredonne une mélodie pleine d’espoir. Et si les femmes iraniennes (pas que…) incarnaient la liberté ?

Naïri Nahapetian : une voix de Perse

L’auteure est née en 1970 en Iran qu’elle a quitté après la révolution islamique de 1979. Journaliste free-lance elle a réalisés de nombreux reportages culturels sur son pays d’origine.

Elle a publié un essai L’usine à vingt ans » aux éditions Les Petits matins en 2006 et Qui a tué l’ayatollah Kanuni? aux éditions Liana Lévi en 2009. Naïri Nahapetian est retournée en Iran pour la 1ère fois 14 ans après son exil.

Conseil : A tous ceux qui détestent les clichés

 

Dernier refrain à Ispahan, Naïri NAHAPETIAN

 

Auteur : Naïri NAHAPETIAN
Editeur : Points
224p, 2014
Roman policier

Author: Sandrine

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest